Direkt zum Inhalt springen

1782 Les brigands

Friedrich Schiller (1759-1805)

1782 Les brigands

Friedrich Schiller (10.11.1759 - 09.05.1805)

C'est sous le titre "Les Brigands" que Friedrich Schiller a publié anonymement sa première pièce de théâtre en 1781. A travers l'exemple de la rivalité entre deux frères inégaux, Schiller montre le rapport entre la loi et la liberté. La première représentation, le 13 janvier 1782, au Théâtre national de Mannheim sous la direction de Dalberg, fit sensation et rendit le poète célèbre d'un seul coup.

Friedrich Schiller est né le 10 novembre 1759 à Marbach, fils d'un officier et d'un médecin. A l'âge de quatorze ans, Friedrich est envoyé par son souverain, le duc de Wurtemberg Karl Eugen, à la "Karlsschule", une académie militaire. Les élèves y sont soumis à un entraînement militaire très dur, ce dont Schiller souffre beaucoup. Les études de droit et plus tard de médecine captivent beaucoup moins le jeune homme que les œuvres de Rousseau, Klopstock et Shakespeare, interdites à l'Académie. Dès l'âge de  13 ans, Schiller avait commencé à écrire des pièces de théâtre.  Son premier poème est imprimé en 1776. Cette année-là, Schiller, qui aspire à la liberté, écrit déjà des ébauches des "Brigands". Après avoir passé ses examens et soutenu sa thèse, Schiller quitte l'académie militaire  en décembre 1880 et devient médecin de régiment. En tant que tel, il n'a cependant pas le droit de porter des vêtements civils et son faible salaire ne lui permet de vivre que modestement.

En 1781, Schiller termine ses "Brigands" et les publie anonymement. A travers l'exemple de la rivalité des frères inégaux Franz et Karl, Schiller montre le rapport entre la loi et la liberté, ainsi que le conflit entre la raison et les sentiments. Wolfgang Heribert von Dalberg, intendant du Théâtre national fondé quelques années plus tôt par le prince électeur Carl Theodor, pousse Schiller à remanier son drame pour la scène et à désamorcer la critique claire du système féodal en déplaçant l'action dans le passé.

Le 13 janvier 1782, les Brigands sont joués pour la première fois au Théâtre national avec August Wilhelm Iffland dans le rôle de Franz Moor. Sans l'autorisation de son souverain, Schiller se rend en secret à Mannheim pour la première, et le jeune poète de 21 ans peut ainsi assister à la liesse et au succès retentissant, ainsi qu'aux vives émotions du public. Un témoin oculaire raconte : "Le théâtre ressemblait à un asile de fous, des yeux qui roulent, des poings qui se serrent, des cris rauques dans le public. Des inconnus se jetaient dans les bras les uns des autres, des femmes titubaient vers la porte, proches de l'évanouissement. C'était une dissolution générale, comme un chaos des brumes duquel surgit une nouvelle création".

Schiller est désormais célèbre d'un seul coup.

En mai 1782, il se rend à nouveau à Mannheim sans autorisation de congé et est puni pour cela de deux semaines d'arrêt. De plus, toute activité poétique lui est interdite sous peine de sanction, tout comme la visite de l'étranger, dont fait partie Mannheim en Bade du point de vue de Stuttgart. Fin septembre, Schiller s'enfuit à Mannheim avec son ami Andreas Streicher, se mettant ainsi dans une situation difficile, car en tant que médecin militaire déserteur, il n'a plus de revenus. Comme l'intendant Dalberg ne veut pas représenter le nouveau drame de Schiller "La conspiration de Fiesco à Gênes", Schiller vend la pièce au libraire de Mannheim Christian Friedrich Schwan et quitte Mannheim en décembre 1782.

Schiller craint d'être livré au duc Karl Eugen. Sous un pseudonyme, il est hébergé par Henriette von Wolzogen, la mère d'un ami étudiant en Thuringe. Mais ensuite, Dalberg lui offre le poste de poète de théâtre et Schiller retourne à Mannheim dès la fin juillet 1783. Mais quelques semaines seulement après son arrivée à Mannheim, Schiller est atteint de la malaria qui sévit alors dans la plaine marécageuse du Rhin.

En janvier 1784, son "Fiesco" peut enfin être représenté pour la première fois au Théâtre national, mais sans le succès escompté. En avril, la première à Francfort du drame "Kabale und Liebe" a beaucoup plus de succès.

Le 26 juin, Schiller tient devant la "société allemande des princes électeurs" à Mannheim une conférence très remarquée sur "La Schaubühne comme institution morale". Son contrat de poète de théâtre n'est cependant pas renouvelé et prend fin en août 1784. Schiller se retrouve ainsi rapidement en difficulté financière et même presque en situation de dette. Le couple Anton et Anna Hölzel le sauve de ce destin.  Ils règlent les dettes de Schiller  et l'accueillent chez eux à B 5,8 jusqu'à ce qu'il quitte Mannheim en avril 1785.

En passant par Leipzig et Dresde, Schiller arrive finalement à Iéna et Weimar, où il se sent chez lui. Il reçoit de nombreux honneurs :  nomination comme professeur à l'université d'Iéna, attribution du titre de conseiller de la cour et, pour les Brigands, il est fait citoyen d'honneur de la République française en 1792 et, quelques années avant sa mort prématurée en 1805, il est même anobli.

Mais les "Brigands" font désormais partie des œuvres les plus importantes de la littérature mondiale et des spectacles les plus souvent joués au Théâtre national de Mannheim, qui s'appelle aujourd'hui fièrement la "Scène Schiller".

Nous remercions notre sponsor